Tourisme golfique en France : trésor caché ou trésor gâché ? – Partie 2

Partagez cet article :
Écrit par Guy Boulo le 14 mai 2013   |   289 vues0 commentaire

Des hébergements pour tous les âges?

Bien qu’il soit souvent dit que la pratique du golf tend à se rajeunir, l’âge moyen du golfeur (en France, tout au moins) est en fait passé de 45 ans en 2000 à 48 ans en 2010. De plus, l’âge moyen du touriste golfique est considérablement plus élevé. Pour les couples de golfeurs, peut-être en retraite ou n’ayant plus d’enfants à charge, et souhaitant voyager avec des amis, l’hébergement golfique et touristique en France (souvent des résidences hôtelières construites en défiscalisation) n’est pas toujours le plus adapté.

Ces appartements touristiques sont souvent conçus pour la clientèle familiale, estivale et non-golfeuse (canapé convertible dans le séjour, lits superposés dans la 2e chambre, une seule salle de bains), et non pour la clientèle de golfeurs plus âgés et à plus hauts revenus.

Et pour les golfeurs de cet âge qui seraient prêts à investir dans ce type de produit d’hébergement, en profitant d’une possible optimisation fiscale, ces hébergements ne sont pas idéaux non plus. Souvent aménagés de manière très neutre et sans atmosphère chaleureuse, ils ne constituent pas nécessairement le choix le plus enthousiasmant pour une escapade en basse saison ou un point de chute pour la retraite.

Une occasion manquée, donc, de capter cette clientèle.

Positionner la France sur le marché du tourisme golfique

Il y a néanmoins de la place sur le marché français pour un ou deux complexes golfiques dédiés, sous réserve de mener les études de marché détaillées nécessaires, de développer des synergies suffisantes avec les infrastructures existantes (tout particulièrement les aéroports internationaux), et d’impliquer des architectes et designers capables de définir des concepts d’hébergement adaptés au marché golfique, en termes d’aménagements et de décoration : offrir un niveau de qualité et de confort cohérent avec les tarifs de « green fees » et les attentes du consommateur serait un bon point de départ. Toutefois, qualité ne veut pas nécessairement dire luxe !

De plus, dans la perspective de la Ryder Cup, et sous les auspices de la Fédération française de golf, les organismes de promotion du golf en France se mobilisent pour convaincre les collectivités locales de l’intérêt de développer sur leur territoire des « pitch & putt » plus petits et moins coûteux, ainsi que des parcours compacts de haute qualité. L’objectif est de développer une centaine de parcours « locaux » dans les 10 ans à venir, afin de dynamiser la notoriété du golf sur le territoire national, et de créer une véritable synergie entre les parcours proposés, les régions d’implantation et les autres filières touristiques, pour améliorer l’image de la France en tant que véritable destination golfique.

Dans le même temps, vis-à-vis de la clientèle locale, ces développements doivent également intégrer d’autres aspects fondamentaux, tels que la proximité du domicile, la convivialité et l’optimisation du temps consacré aux loisirs personnels.

Ainsi, pour ceux qui n’ont pas encore goûté aux nombreux attraits du golf, de la gastronomie et de l’art de vivre à la française, le tourisme golfique en France est incontestablement un trésor caché. A ce titre, l’organisation de la Ryder Cup en 2018 offre une chance unique de positionner le pays sur l’échiquier du marché golfique, en attirant de nouveaux amateurs et en sensibilisant mieux les pouvoirs publics à la capacité de ce sport à dynamiser l’activité touristique de la France et à promouvoir son image.

Au final, la France serait-elle bien partie pour rattraper toutes les occasions perdues ?


Article rédigé par Michael L. Holmes, consultant en développement golfique, MLH Consult et Michelle Fawcett, consultante senior, In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration.

In Extenso THR et MLH Consult associent leurs expertises pour apporter un conseil professionnel et opérationnel dans le secteur du golf, tant pour les investisseurs et opérateurs privés (dans leurs problématiques d’études de faisabilité, d’évaluations pour acquisitions/cessions, d’assistance à la pré-ouverture, de suivi des opérations…) que pour les collectivités territoriales (études stratégiques de développement du golf sur un territoire, études de projets, assistance à la sélection d’architectes, d’investisseurs ou d’opérateurs, assistance à maîtrise d’ouvrage…).

A propos de l'expert

Guy Boulo

Guy Boulo
Directeur de Transaxio Hôtel, Partenaire du groupe In Extenso

Laisser un commentaire