La reprise déraille sur les ponts !

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 3 juillet 2014   |   284 vues0 commentaire

Après une timide reprise en Avril ayant suscité beaucoup d’espoirs, le mois de Mai affiche un bilan négatif. La majorité des destinations affichent des performances en retrait. L’activité a été pénalisée par un calendrier particulièrement défavorable à la clientèle d’affaires. La multiplication des ponts a réduit la demande d’affaires et cette baisse d’activité n’a pas été compensée par une clientèle de loisirs toujours frileuse eu égard à la conjoncture.

Avril présentait une légère amélioration des performances avec, pour la première fois depuis de nombreux mois, une progression de la fréquentation des hôtels. La hausse était modeste mais suffisamment sensible sur l’ensemble du territoire pour soulever quelques espoirs de reprise. Bien sûr, nous nous en félicitions, tout en rappelant qu’une timide éclaircie ne fait pas le printemps et que le mois de Mai allait être compliqué.

Justement, le mois de Mai, particulièrement compliqué, s’est achevé sur des performances en net retrait sur quasiment l’ensemble du marché hôtelier français. Quelques destinations et catégories ont mieux résisté que d’autres – l’hôtellerie marseillaise affiche ainsi des augmentations de chiffres d’affaires hébergement sur presque toutes les catégories – mais il s’agit d’une exception dans le paysage hôtelier de Mai.

C’est surtout l’occupation qui a pénalisé les hôteliers. La fréquentation des établissements est en retrait par rapport à l’année passée. Selon les destinations, la baisse de la fréquentation a pu être partiellement compensée par une progression des prix moyens mais quand cela n’a pas été possible, les conséquences sur le chiffre d’affaires ont été lourdes.

En cause ?
Un calendrier ayant pénalisé les déplacements de la clientèle d’affaires. Contrairement à l’année passée où quasiment tous les jours fériés tombaient un mercredi, cette année, le mois de Mai comptait 3 jeudis fériés. Une aubaine pour les salariés désireux de s’offrir un week-end prolongé, mais une catastrophe pour les hôteliers. La clientèle d’affaires a été peu présente et n’a pas été compensée par la clientèle de loisirs. Dans un contexte économique difficile, cette dernière ne s’est pas déplacée. L’occasion de se rappeler combien, à de rares exceptions près, les destinations françaises sont encore et surtout des destinations de business.

Reste à espérer qu’il ne s’agit là que d’une pause ponctuelle dans un phénomène de fond et qu’une éventuelle reprise ne sera pas pénalisée par des phénomènes sociaux (ex : SNCF, intermittents, etc.) avec un impact sur l’activité hôtelière.

Données mensuelles :


Pour en savoir plus
In Extenso publie chaque mois un observatoire statistique recensant les performances du marché hôtelier de plus de 2 500 hôtels pour une capacité théorique de plus de 195 000 chambres, soit un tiers du parc hôtelier français.

Si vous souhaitez recevoir chaque mois par mail le détail de l’étude « Performances hôtelières en France », cliquez ici.

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso In Extenso TCH

Laisser un commentaire