Le renouvellement et le contrôle des concessions de golf – Partie 2

Partagez cet article :
Écrit par Michelle Fawcett le 17 juillet 2014   |   204 vues0 commentaire

Le renouvellement de concession et son chemin critique

Dans un contrat de concession de service, la collectivité délégante définit avec précision et contrôle de manière régulière les services devant être fournis par le concessionnaire, leur destination et leur tarification. Les deux parties doivent identifier les actifs importants, les investissements et définir une stratégie pour la valeur résiduelle des actifs à l’échéance du contrat.

Tout contrat – que ce soit un accord de partenariat, un bail de longue durée, un droit d’occupation sur un foncier ou un contrat de gestion – doit nécessairement être basé sur des engagements équilibrés entre les deux parties.

L’un des co-contractants (la collectivité locale) est impliqué dans un équipement public avec divers objectifs politiques. L’autre est généralement une (ou des) société(s) commercial(es) avec des objectifs économiques plus précis qui, dans le périmètre du contrat général de concession, doivent inclure la gestion ou les conditions contractuelles d’une éventuelle soustraitance de la restauration du club-house, l’entretien du parcours et l’exploitation de l’académie de golf ou du practice.

Tout ceci requiert une connaissance fine du sujet et une solide compréhension des objectifs des collectivités locales, au niveau départemental et souvent régional. Dans le cadre de leurs activités de conseil, In Extenso Tourisme, Hôtellerie & Restauration et le consultant Golf indépendant Michael L. Holmes, B.Sc. ont élaboré une méthodologie de chemin critique pour assister les collectivités locales dans ces processus de conclusion ou de renouvellement de contrats de concession.

Le processus d’appel d’offres doit être engagé dans les 18 à 24 mois précédant la date de renouvellement, à travers l’élaboration en interne d’un appel à candidature pour sélectionner un cabinet de conseil spécialisé apte à assister la collectivité dans l’élaboration de la consultation.

Ensuite, il est nécessaire de constituer un comité de pilotage incluant les autorités locales concernées et le cabinet de conseil retenu, afin de définir les points clés et les objectifs du projet, avec un regard critique sur les termes et conditions du contrat en cours.

Le plan de travail à ce stade comprend la réalisation d’une étude de marché synthétique et l’accompagnement des collectivités locales concernées dans un audit des infrastructures, du matériel et de l’exploitation de l’équipement existant, et de la société d’exploitation sur le site.

La phase suivante consiste à rédiger un appel à candidature pour l’exploitation du site, environ 12 à 18 mois avant l’échéance de renouvellement, en considérant toutes les composantes du site actuellement concédées ou susceptibles de l’être. Les problématiques à prendre en compte à ce stade incluent :

  • le contrôle de la politique tarifaire, l’accès aux parcours, les « green fees » pour les différents types de golfeur (touriste/membre/nomade), les horaires d’ouverture (tous ces éléments devant être en accord avec les objectifs et ambitions de la collectivité locale délégante) ;
  • le type de bail ou de contrat, incluant les conditions d’investissement pendant la durée de la concession ;
  • les obligations en termes de maintenance ;
  • les conditions d’entrée, de mise en œuvre et de sortie du contrat ;
  • les procédures de contrôle annuel de l’autorité délégante et de communication avec l’exploitant ;
  • la stratégie commerciale de l’exploitant en termes de promotions et remises, et ses frais de siège.

Une analyse comparative des offres envoyées par les candidats doit être réalisée dans les 6 à 9 mois précédant la date de renouvellement de la concession.

En aucun cas, le consultant indépendant initialement mandaté pour accompagner le processus ne peut être impliqué dans le choix final.

Il pourra toutefois être missionné pour apporter son assistance dans le processus de transfert de l’exploitation, analyser chaque année le rapport de gestion de l’exploitant retenu et participer aux réunions annuelles de contrôle (voire les arbitrer), pendant la durée de la concession.

Le marché du golf a considérablement évolué depuis que les premiers contrats de concession ont été élaborés. Les nouveaux contrats qui seront signés à l’avenir se doivent d’incorporer ces évolutions. Dans la perspective d’un grand nombre de concessions arrivant à échéance de renégociation, l’assistance d’un cabinet de conseil spécialiste du golf peut aider les collectivités locales à maîtriser les multiples problématiques associées au renouvellement d’une concession et au contrôle de sa mise en œuvre, assurant de ce fait une situation équilibrée et durable pour l’investisseur, pour l’exploitant et pour les golfeurs, qu’ils soient touristes ou résidents locaux.

A propos de l'expert

Michelle Fawcett

Michelle Fawcett
Consultante, In Extenso Conseil Tourisme, Hôtellerie et Restauration

Laisser un commentaire