La qualité de vie au travail

Partagez cet article :
Écrit par Michèle Lorillon le 25 mars 2013   |   885 vues0 commentaire

De nombreuses études démontrent qu’un salarié heureux à son travail est un salarié plus performant.

Ces dernières années, les structures de l’économie sociale et médico-sociale, sont confrontées à un contexte institutionnel et budgétaire en constante évolution avec les lois successives et le resserrement des financements publics.

Aujourd’hui, les répercussions de ces évolutions impactent les établissements dans la prise en charge des usagers, mais également les salariés, qui se voient confrontés à de nouvelles donnes dans l’exercice de leur métier.

La perte de repère et de sens dans son travail, la surcharge ou la sous charge de travail, le sentiment de non reconnaissance, les relations plus tendues avec les usagers sont autant de facteurs de stress et de frustration, pouvant entrainer des troubles de santé  et une baisse de performance, que l’ensemble des organismes employeurs payent au prix fort.

Le Code du travail comprend tout un arsenal de textes législatifs sur la prévention des risques, la sécurité des salariés,…, mais ces dispositions ont-elles permis une amélioration de la qualité de vie au travail ?

Vous avez dit Qualité de vie au travail ?

Il n’existe pas de définition juridique de la qualité de vie au travail.

Toutefois, l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) mentionne la qualité de vie au travail comme « un processus social concerté permettant d’agir sur le travail (organisation, conditions, contexte) à des fins de développement des personnes et des entreprises ».

L’intérêt en France pour le sujet est relativement récent. Il prend sa source dans la conjonction de trois phénomènes (selon l’ANACT) :

  • L’importance prise par les phénomènes de stress et les risques psycho-sociaux au travail.
  • La multiplication des négociations sur différents sujets proches tels que la pénibilité au travail, l’égalité au travail, le stress, le contrat de génération, la prévention des risques psycho-sociaux, le harcèlement moral et sexuel,…
  • La transformation des normes et conditions de travail des dernières années.

Quels sont les facteurs déterminants pour exprimer sa qualité de vie au travail ?

On peut citer, à titre d’exemples :

  • Les relations sociales et professionnelles : reconnaissance du travail, respect, écoute, considération des collègues et de la hiérarchie, information, dialogue social et participation aux décisions ;
  • Le contenu de son travail : autonomie, variété des tâches, degré de responsabilité ;
  • L’environnement physique du travail : sécurité, bruit, chaleur, éclairage, propreté, cadre spatial ;
  • L’organisation du travail : qualité de la prescription du travail, capacité d’appui de l’organisation dans la résolution des dysfonctionnements, démarches de progrès organisationnel, pénibilité, charge de travail, prévention des risques professionnels ;
  • La réalisation et développement professionnel : rémunération, formation, validation des acquis, développement des compétences, sécurité des parcours professionnels ;
  • La conciliation entre vie au travail et vie hors travail : rythme et horaires de travail, vie familiale, accès aux services, loisirs, transports…

Que faire pour mettre en place une véritable qualité de vie au travail dans sa structure ?

A mon avis,

  1. Avoir pris la pleine conscience de l’intérêt du bonheur au travail pour la performance de sa structure.
  2. Prendre connaissance de ce que recouvre la notion de qualité de vie au travail et de ses objectifs
  3. Prendre le pouls « du bienêtre des salariés » dans la structure,  par un sondage ou une enquête d’opinion.
  4. Initier une démarche « Qualité de Vie au travail », considérée comme un développement et non une concession sociale.
  5. Réfléchir, avec l’ensemble du personnel,  à ce qui pourrait être amélioré dans les conditions de travail et dans l’organisation, sans que cela coute forcément de l’argent. Parfois, les solutions simples et de bon sens sont les meilleures.  Certaines solutions peuvent provenir des salariés.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les enjeux et la démarche de la qualité de vie au travail, nous vous conseillons de participer à la conférence organisée par Chorum, le 28 mars 2013 prochain, sur la « Qualité de vie au travail dans l’ESS, état des lieux et leviers d’action ».

Les objectifs poursuivis par Chorum sont de présenter les principaux déterminants de la qualité de vie au travail, pour ensuite se donner les moyens d’agir.

Pour consulter le programme et vous inscrire cliquez ici.

A propos de l'expert

Michèle Lorillon

Michèle Lorillon
Expert-comptable associée, Responsable Associations – Economie sociale, groupe In Extenso

Laisser un commentaire