2012, un marché contrasté

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 7 février 2013   |   217 vues0 commentaire

Paris et la Côte d’Azur ont plutôt bien tiré leur épingle du jeu dans une année compliquée. Diversité du mix clientèle et internationalisation ont permis à ces destinations de résister et de clore 2012 sur de bons résultats.

L’hôtellerie en régions, davantage tournée vers la clientèle d’affaires française à elle subi de plein fouet le marasme économique national. Les performances sont mauvaises et le bilan pourrait encore s’alourdir, une fois les commissions versées aux intermédiaires déduites.

A s’en tenir aux performances globales, la situation est contrastée. Les établissements de haut de gamme et de grand luxe affichent des chiffres d’affaires hébergement en progression en 2012. Pour ces établissements, le chiffre d’affaires hébergement est en augmentation de respectivement 2% et 4%. Cependant, cette progression n’est pas partagée par l’hôtellerie super-économique à milieu de gamme. Pour ces catégories, le chiffre d’affaires hébergement stagne et il est même en recul pour l’entrée de gamme.

Le bilan est donc mitigé et soulève même quelques inquiétudes. Ainsi, les hausses du chiffre d’affaires hébergement de l’hôtellerie supérieure apparaissent comme étant surtout portées par la croissance des prix moyens. Les taux d’occupation stagnent au même niveau que l’année passée. C’est toujours mieux que le reste du marché dont la fréquentation s’est dégradée en 2012, avec des reculs de taux d’occupation allant de 1% à 3%.

La situation est toutefois loin d’être homogène, le marché hôtelier français est bien plus contrasté que ce que peuvent donner à voir les moyennes nationales.

A Paris, la crise semble déjà bien loin. Les chiffres d’affaires hébergement sont en nette progression. La croissance du RevPAR s’échelonne de 3% à 6%. Certes, ici aussi, ce sont les prix moyens qui tirent le chiffre d’affaires vers le haut mais les niveaux d’occupation sont tellement élevés que les marges de progression sont réduites. La diversité du mix clientèle et son internationalisation ont permis à la destination parisienne d’échapper à la morosité économique nationale.

Sur la Côte d’Azur, le bilan est également bon. Les chiffres d’affaires hébergement sont en progression de 5% et plus. Ici aussi, la croissance est partagée par toutes les catégories. Pourtant, l’inquiétude demeure sur la Côte d’Azur. A la différence de Paris, les niveaux d’occupation restent moins élevés et la reprise demeure fragile.

En régions, 2012 a mis un coup d’arrêt aux espoirs de retour à la normale. Le chiffre d’affaires hébergement est en recul dans toutes les catégories. La dégradation du chiffre d’affaires est essentiellement due à une baisse de l’occupation. Davantage centrée sur la clientèle française, l’hôtellerie en régions subit de plein fouet le marasme économique français. Le chiffre d’affaires hébergement baisse de 2% à 3% selon les catégories mais le bilan pourrait s’avérer encore plus difficile une fois déduites les commissions versées aux intermédiaires.

Données mensuelles :

Pour en savoir plus :
In Extenso publie chaque mois un observatoire statistique recensant les performances du marché hôtelier de plus de 2 500 hôtels pour une capacité théorique de plus de 195 000 chambres, soit un tiers du parc hôtelier français.
Si vous souhaitez recevoir chaque mois par mail le détail de l’étude « Performances hôtelières en France », cliquez ici.

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso

Laisser un commentaire