Les 12 clés pour réussir votre création reprise d’entreprise – Partie 5

Partagez cet article :
Écrit par Moîse Bannier le 31 juillet 2012   |   1 421 vue2 commentaires

Clé n°9 : Apprécier le risque financier

Vous devez  apprécier le montant de l’investissement à réaliser par rapport au chiffre d’affaires et au bénéfice que vous pouvez espérer.  A noter qu’en entreprise individuelle, vous risquez de tout perdre en cas de défaillance, y compris votre patrimoine personnel.

Vous devez calculer l’écart de faisabilité : c’est la différence entre votre chiffre d’affaires prévu (étude de marché) et votre chiffre d’affaire minimum à réaliser (seuil de rentabilité). Plus l’écart est grand (c’est-à-dire que le chiffre d’affaire prévu dépasse le seuil de rentabilité), moins votre projet est risqué.

Vous devez calculer des ratios financiers qui sont utilisés par les banques pour valider la faisabilité d’un projet : le montant de l’emprunt ne doit pas dépasser dépasser  4 fois la CAF* prévisionnelle et le remboursement en capital de l’emprunt doit rester inférieur à 70 % de la CAF *prévisionnelle.

Vous devez négocier les garanties pour couvrir le risque. Les partenaires bancaires peuvent demander des garanties bancaires en cas d’impossibilité de remboursement. Qu’il s’agisse de garantie bancaire ou autre (OSEO, société de caution mutuelle etc.), les conséquences des choix  doivent-être précisément éludées.

*CAF : capacité d’autofinancement = bénéfice + Amortissements

Clé n°10 : Convaincre vos partenaires  financiers

Quel que soit le type de financement recherché, il faut formaliser un business plan (dossier de financement). C’est un document dont l’objet principal consiste à séduire les investisseurs potentiels et les banques. Il doit être à la fois détaillé et concis.

Voici les 3 critères d’analyse de votre dossier par le banquier : votre profil, votre projet, votre dossier financier.

Vous devez bien préparer vos entretiens avec les banques afin d’être à l’aise et convaincant dans votre discours. La première impression est souvent la bonne ; votre élocution doit être claire et limpide afin de rassurer vos interlocuteurs et leur donner envie de vous faire confiance.
Vous devez envoyer la demande de financement accompagnée du dossier de financement avant l’entretien, d’où la nécessité d’un document bien structuré  avec tous les renseignements.
Vous n’aurez pas la réponse immédiatement après l’entretien. Les décisions se prennent parfois  en commission à partir d’un certain montant de financement.

Clé n°11 : Réussir mes formalités d’inscription

Le CFE (Centre de Formalités des Entreprises) est votre interlocuteur unique pour effectuer les formalités d’inscription de votre entreprise.
Les CFE sont spécialisés en fonction de l’activité principale de l’entreprise : artisanat, commerce, agriculture, professions libérales. Le CFE de votre choix vous accompagne tout au long de la vie de votre entreprise.

Il assure :

  • l’inscription sur les registres professionnels,
  • la souscription des déclarations de création, de modification de situation ou de cessation d’activité au Registre du Commerce et des Sociétés,
  • l’analyse et le diagnostic des dossiers,
  • le traitement des données et la saisie informatique des formalités,
  • la transmission des déclarations et des pièces justificatives aux différents organismes officiels : le Greffe du Tribunal de Commerce qui délivre le K BIS après contrôle de fond du dossier, l’INSEE qui attribue le n° de Siren et le code NAF (activité), la caisse maladie et la caisse retraite pour affiliation, l’URSSAF et la CRAM (affiliation des salariés), les services fiscaux (déclaration d’existence), la DDTE

Le CFE reçoit également les demandes d’Aide à la Création-Reprise d’Entreprise (ACCRE) et délivre les cartes de commerçant ambulant.
La loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 a investi les CFE du rôle de guichet unique, ce qui leur permettra de prendre en charge progressivement les démarches nécessaires au démarrage de l’activité au-delà de la création proprement dite (autorisation, agrément, déclaration, inscription sur des registres professionnels…..).

Clé n°12 : Suivre vos tableaux de bords la première année

Vous devez suivre votre tableau de bord surtout la première année d’activité. Il permet de suivre certains indicateurs de gestion indispensables en période de démarrage.

En voici quelques illustrations : le chiffre d’affaires journalier, le nombre d’heures facturées par mois,  le stock, la trésorerie.
Vous devez comparer les prévisions et les réalisations afin de corriger à temps les éventuels écarts défavorables par la mise en place d’actions correctives.

 

A propos de l'expert

Moîse Bannier

Moîse Bannier
Spécialiste de la Création d’entreprise en région Centre Ouest, groupe In Extenso

2 commentaires sur cet article

  1. Dominique Falque 3 août 2012 à 8 h 37 min · Répondre

    Très intéressant. Où peut-on trouver les autres clés? Merci

Laisser un commentaire