Les 12 clés pour réussir votre création reprise d’entreprise – Partie 4

Partagez cet article :
Écrit par Moîse Bannier le 24 juillet 2012   |   384 vues0 commentaire

Clé n°7 : Chiffrez votre projet

C’est la traduction financière de l’ensemble des éléments de votre projet, une vérification de sa faisabilité pour en faire un réel outil d’aide à la décision. C’est l’appropriation économiquement et financièrement  de votre projet afin de convaincre les partenaires financiers.

Le chiffrage du projet répond à 2 questions principales :

  • Disposez-vous des fonds nécessaires au financement du projet ?
  • Votre projet est-il rentable ?

Le plan de financement à 3 ans permet de vérifier l’équilibre emplois-ressources.

Les emplois sont l’évaluation des biens à reprendre s’il s’agit d’une reprise d’entreprise, le montant des frais d’établissements, du matériel à acquérir, des stocks, de la trésorerie nécessaire au démarrage.

Les ressources seront constituées des apports effectués par les créateurs repreneurs, des emprunts qu’il pourra obtenir de la banque. Créer ou reprendre une entreprise sans aucun apport personnel n’est pas crédible.

Les aides à  l’investissement sont essentiellement des prêts à  0 % sur des montants limités. Des fonds de garanties peuvent se porter caution sur une partie de la demande de financement.

Le but recherché est l’équilibre entre les emplois et les ressources.  Si les ressources sont jugées insuffisantes, alors il faudra procéder à la diminution des emplois dans la mesure du  possible.

Clé n°8 : Apprécier sa rentabilité

Votre projet est-il rentable ? Evaluer la rentabilité de votre  projet, c’est  fixer le montant du chiffre d’affaires réalisable la première année et le comparer aux charges nécessaires pour réaliser cet objectif. Le montant restant constitue le bénéfice. Ce bénéfice est nécessaire pour couvrir les remboursements d’emprunts et rémunérer les associés.

Le compte de résultat prévisionnel à 3 ans permet d’évaluer la rentabilité du projet sur plusieurs années.

La difficulté réside dans le fait de ne pas trop surestimer les prévisions ; il ne sert à rien de faire de la surenchère,   il faut rester très réaliste. Souvent, une bonne  étude de marché permet de mieux juger de la rentabilité.

La comparaison des performances de votre entreprise aux résultats des entreprises du même secteur d’activité permettra  de valider vos prévisions. Le calcul du seuil de rentabilité est indispensable : c’est le chiffre d’affaires minimum à réaliser pour couvrir toutes les charges auxquelles s’ajoutent les remboursements d’emprunt (c’est le résultat minimum de l’entreprise) et le revenu du dirigeant (c’est la rémunération minimale nécessaire).

Le chiffre d’affaires journalier minimum à réaliser dans le commerce est un bon indicateur de faisabilité ainsi que le nombre d’heures facturables dans les métiers du bâtiment.

A propos de l'expert

Moîse Bannier

Moîse Bannier
Spécialiste de la Création d’entreprise en région Centre Ouest, groupe In Extenso

Laisser un commentaire