Le placement de la trésorerie excédentaire d’une entreprise

Partagez cet article :
Écrit par Olivier Missemer le 9 mai 2012   |   3 278 vues0 commentaire

Le contexte économique de plus en plus difficile oblige les entreprises à gérer de manière optimale leurs coûts. Elles se doivent, en conséquence, de mettre en place des stratégies les plus efficaces possibles, notamment concernant la gestion de leur trésorerie excédentaire. Sachez, à ce titre, que de nombreux produits développés spécifiquement permettent de valoriser les excédents de trésorerie. Trois placements sont ainsi particulièrement utilisés par les entreprises : les OPCVM monétaires, les comptes à terme et les certificats de dépôt négociables. 

  • Choix à privilégier pour un placement de courte durée, les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) dits « monétaires » présentent des gages de liquidité importants. Ils vous offrent ainsi la possibilité de récupérer l’intégralité des sommes placées à tout moment, sans pénalités et sans perdre le bénéfice des intérêts acquis dans la mesure où ces derniers sont calculés au jour le jour.  

Il convient toutefois de préciser que des frais de gestion ainsi que des frais d’entrée, voire de sortie, viennent amputer le rendement de ce placement.  

  • Souvent préféré lorsque l’entreprise dispose d’une bonne visibilité financière, le compte à terme est un compte spécifique sur lequel est placée, pour la durée de vie du contrat (au minimum 1 mois, la trésorerie excédentaire de l’entreprise. Le remboursement anticipé d’un compte à terme est cependant possible, mais l’entreprise doit alors s’acquitter du paiement d’une pénalité qui sera fixée selon le taux applicable et la durée écoulée du placement.  

Quant à la rémunération du compte à terme, elle est librement fixée par l’établissement bancaire. Le taux d’intérêt dépend du montant et de la durée du placement. Et contrairement aux OPCVM, aucun droit d’entrée ni de frais de gestion ne sont appliqués sur les sommes versées. 

  • Enfin, les certificats de dépôt peuvent être émis par l’ensemble des établissements de crédit les institutions et les sociétés financières, pour une durée minimale d’un jour et maximale d’un an, pour un montant minimum de 150 000 €.

Ils offrent davantage de souplesse que le compte à terme dans la mesure où ils peuvent être achetés ou vendus sur les marchés secondaires. Étant précisé qu’aucune pénalité ne viendra s’appliquer en cas de revente avant l’échéance.

Aurélien Florin
Groupe Les Echos, SID Presse


Notre conseil

Quelle que soit la visibilité de la trésorerie à un moment donné, il est toujours prudent de panacher les différents supports proposés, afin de conserver une grande souplesse dans la mobilisation des fonds placés, sans subir de fortes pénalités.

Olivier Missemer
Expert-comptable associé, groupe In Extenso

A propos de l'expert

Olivier Missemer

Olivier Missemer
Expert-comptable associé, groupe In Extenso

Laisser un commentaire