Le marché français des résidences de tourisme urbaines a atteint un palier

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 21 août 2012   |   1 147 vue0 commentaire

Une étude révèle qu’au 1er janvier 2012, le parc français des résidences urbaines a franchi la barre des 50 000 studios et appartements répartis dans près de 600 établissements.

 Après avoir augmenté fortement ces dernières années, l’offre semble atteindre un palier en s’équilibrant entre :

  • Les nouvelles résidences mises en marché (27 en 2011 pour un total de 2 736 logements)
  • Les produits qui, par choix ou contraints de le faire en raison de l’intensification de la concurrence, se réorientent vers le marché locatif traditionnel ou celui des résidences pour étudiants. Dans certains cas, et essentiellement à Paris, des petites résidences se reconvertissent en hôtels.

Initié en 2010, le mouvement de structuration de l’offre s’est poursuivi en 2011. Soulignons en particulier l’acquisition, par Adagio City Aparthotel, de l’ensemble des résidences Citéa. Rebaptisées « Adagio Access », ces unités permettent à la joint-venture Pierre & Vacances / Accor de se positionner en leader sur le marché français des résidences urbaines, avec un parc de 78 résidences et 8 650 logements début 2012.

Appart’City, enseigne du Groupe Menguy Investissements, reste quant à lui le premier opérateur de résidences de milieu de gamme et devrait conforter cette place dans les prochains mois avec la mise en marché d’une dizaine de résidences supplémentaires sur 2012-2013. Avec les 3 autres grands opérateurs du secteur (Réside Etudes , Park & Suites et Citadines), Adagio City Aparthotel et Appart’City concentrent près de 60% de l’offre nationale.

En 2011, le parc francilien de résidences urbaines a peu évolué, régressant légèrement à Paris au profit de la périphérie. En régions, l’offre s’est étoffée de 2 000 studios et appartements supplémentaires en 2011, dont près de 350 unités pour la seule agglomération de Toulouse, qui continue d’accueillir de nouveaux entrants malgré des signes de surcapacité sur plusieurs localisations.

L’année 2012 devrait confirmer cette tendance globale à la stabilisation de l’offre : une vingtaine de nouveaux produits devrait arriver sur le marché en régions, mais principalement sur des villes secondaires.

 

 Les statistiques présentées dans le tableau ci-dessus sont tirées de l’observatoire In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration dédié aux résidences urbaines. Réalisé en partenariat avec la plupart des opérateurs du secteur, il rassemble 55% de l’offre nationale, assurant une très bonne représentativité des marchés analysés.

En Ile-de-France, le marché reste dynamique toute l’année, avec une complémentarité efficace entre les clientèles d’affaires et de loisirs. Les performances des résidences sont cependant nettement influencées par la proximité de Paris, tant en termes de fréquentation que de prix moyens. Les établissements situés en 2ème couronne affichent ainsi une fréquentation inférieure et des prix moyens tirés vers le bas par une proportion plus élevée de longs séjours (tarifs dégressifs).

En régions, la fréquentation subit une saisonnalité plus forte et les taux d’occupation sont plus proches de ceux réalisés dans l’hôtellerie traditionnelle. Si les prix moyens ont fortement augmenté en 2011, c’est moins en raison d’une augmentation des tarifs que d’une évolution de la stratégie des opérateurs : ces derniers se donnent désormais les moyens d’optimiser le couple taux d’occupation / prix moyen (yield management, multiplication des canaux de distribution mobilisés) alors que la priorité était auparavant donnée au remplissage.

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso In Extenso TCH

Laisser un commentaire