Juillet maussade pour l’hôtellerie française

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 4 septembre 2012   |   82 vues0 commentaire

L’éclaircie tant attendue ne sera pas pour juillet : les hôtels français ont majoritairement vu leur fréquentation reculer le mois dernier. Bien qu’elles restent généralement modérées, ces baisses contribuent à assombrir une situation déjà tendue depuis début 2012, en particulier en Régions, où les hôteliers n’en finissent plus d’espérer un retour à la normale et de guetter les signes d’une reprise du marché.

A l’image de la météo, les performances de l’hôtellerie française ont fait grise mine au mois de juillet sur la majeure partie du territoire. La fréquentation a continué de marquer le pas, affichant des reculs dans quasiment toutes les catégories. Cette dégradation des taux d’occupation est certes limitée mais elle s’inscrit dans une continuité inquiétante.

Paris s’en tire bien, compensant un recul modéré de l’activité grâce à une hausse, souvent significative, des prix moyens. Sur la Côte d’Azur et quelques agglomérations, le fléchissement de l’occupation a été partiellement compensé par des prix de vente mieux maîtrisés qu’en 2011. Pour les autres destinations, majoritaires, la détérioration de la fréquentation a eu un impact direct sur le chiffre d’affaires hébergement.

Pour les hôtels d’affaires, le positionnement du 14 juillet un samedi a pourtant permis d’allonger d’une semaine la période propice aux déplacements professionnels. Mais la crise est toujours bien présente et pèse de tout son poids sur les budgets des entreprises. En outre, les conditions météorologiques que la moitié Nord de la France a connues en juillet ont été peu favorables aux courts séjours urbains d’agrément. Les hôtels n’ont pas non plus bénéficié d’un basculement des clientèles littorales/rurales vers des centres urbains, en tous cas pas suffisamment pour inverser une tendance baissière qui perdure. Rouen et le Havre font exception, avec une hausse conjointe des taux d’occupation et des RMC qui confirme une dynamique touristique croissante de ces destinations ces dernières années.

L’hôtellerie de Grand Luxe n’a pas été épargnée en juillet, y compris dans la capitale et sur la Côte d’Azur. Les taux d’occupation et les prix moyens régressent pour la première fois depuis de nombreux mois. Cette tendance est en grande partie liée au Ramadan, qui commence désormais sur la deuxième quinzaine de juillet, et qui affecte par conséquent plus tôt les déplacements des clientèles à fort pouvoir d’achat du Moyen-Orient. L’hôtellerie de Grand Luxe, à Paris et sur Côte d’Azur, devrait rééquilibrer la situation grâce à une deuxième quinzaine d’août plus porteuse.

Données mensuelles :

[alert style=”bleu”]

Pour en savoir plus

In Extenso publie chaque mois un observatoire statistique recensant les performances du marché hôtelier de plus de 2 500 hôtels pour une capacité théorique de plus de 195 000 chambres, soit un tiers du parc hôtelier français.

Si vous souhaitez recevoir chaque mois par mail le détail de l’étude « Performances hôtelières en France », cliquez ici.
[/alert]

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso In Extenso TCH

Laisser un commentaire