L’analyse des impacts et des coûts environnementaux des hébergements touristiques à l’aide de la méthode MALICE® – Partie 1/3

Partagez cet article :
Écrit par Guy Boulo le 15 février 2013   |   1 438 vue0 commentaire

L’analyse environnementale d’un service ou d’un produit s’inscrit dans une démarche d’éco-conception.
L’éco-conception permet de mesurer les impacts induits par une offre afin d’identifier les pistes d’amélioration pertinentes. Néanmoins, la démarche se doit de respecter certains principes décrits dans la norme ISO 14040:2006 :

  • analyse sur le cycle de vie : la mesure de l’impact doit inclure les impacts générés sur chaque phase du cycle de vie du produit (extraction des matières premières, transformation, transports, utilisation et fin de vie) ;
  • analyse sur plusieurs indicateurs environnementaux, sélectionnés de façon pertinente ;
  • l’intégration dans l’analyse de l’ensemble des composants associés au produit (emballages, consommables en phase d’usage…).

L’application de ces principes permet de mesurer l’impact d’un produit et de proposer des solutions tout en prévenant un possible transfert de pollution d’une étape à une autre ou d’un indicateur à un autre.

L’analyse environnementale d’un service hôtelier se doit donc d’appliquer ces mêmes principes d’éco-conception.
La démarche MALICE® a été développée en ce sens et appliquée sur plusieurs établissements de la région Pays de la Loire à partir de 2007.

Naissance de la méthode MALICE®

La démarche MALICE® est née en 2006 à partir d’un constat : la grande majorité des solutions environnementales étaient déjà développées mais trop peu appliquées par les entreprises. Plusieurs raisons étaient avancées pour expliquer leur difficulté de mise en œuvre, comme la non-connaissance desdites solutions, une certaine ignorance des gains économiques associés ou la difficulté à budgétiser convenablement l’ensemble des éléments (investissement, gains de consommation, main-d’œuvre …). La démarche MALICE® a donc été développée dans le but de mettre à disposition un outil délivrant le bilan environnemental et économique d’un établissement, mais surtout de permettre la mise en place d’un plan d’actions dans lequel toutes les solutions seraient déjà évaluées, sur les deux aspects. MALICE® est ainsi née d’une démarche de bon sens afin de mettre à disposition les informations pertinentes au passage à l’acte des décideurs tout en s’appuyant sur une justesse d’analyse.

L’unité fonctionnelle

Afin de pouvoir analyser le service hôtelier, il convient de définir une unité de référence représentant le service rendu par le produit étudié. L’unité fonctionnelle représente donc la fonction principale assurée par le produit. Dans le cadre d’un hébergement touristique étudié à travers la démarche MALICE®, l’unité fonctionnelle a été définie comme suit :
« fournir un service d’hébergement hôtelier d’une nuitée ».

Le nombre de nuitées d’un établissement est défini par le nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement. La nuitée mesurée dans ce projet comprend également la fourniture du petit-déjeuner.

Périmètre d’analyse

Le choix de l’unité fonctionnelle implique une délimitation du système étudié : le périmètre d’analyse.

La démarche MALICE®, en 2011, n’étudiait que les postes directement reliés à la fourniture de cette nuitée :

  • la blanchisserie (qu’elle soit interne ou externalisée) ;
  • les usages liés à l’eau sanitaire comprenant la production d’eau chaude sanitaire (ECS) ;
  • les équipements électriques et électroménagers (TV, armoires froides …) ;
  • les produits alimentaires proposés lors du petit déjeuner ;
  • les produits d’entretien ;
  • les produits d’accueil ;
  • le chauffage, la climatisation, la ventilation.

Pour chacun de ces postes, une approche en cycle de vie est appliquée conformément aux principes de l’éco-conception. Ainsi, les impacts générés en amont ou en aval de l’établissement sont pris en compte. Les postes non directement reliés au service de nuitée sont donc écartés de l’analyse, tels que la restauration, l’entretien des espaces verts, le transport des salariés et des clients ou les activités proposées par les établissements, cela dans le but de maintenir une unité fonctionnelle commune entre les établissements.

Choix des indicateurs

Conformément à la démarche d’éco-conception, il convient d’analyser l’impact des établissements selon plusieurs indicateurs. Le tableau ci-contre présente les indicateurs sélectionnés dans la démarche MALICE®.

La méthode MALICE®

MALICE® est à la fois une démarche et un outil. Une démarche, car elle s’appuie sur différentes phases opérationnelles : la réalisation d’un bilan de l’existant, la recherche de solutions et la création du plan d’actions. Un outil, car la démarche est guidée par un fil conducteur qui permet d’automatiser l’ensemble des étapes et met à disposition des bases de données environnementales et économiques à son utilisateur.

La première phase, le bilan de l’existant, consiste à collecter les informations spécifiques à l’activité de l’établissement et à traduire ces informations en impacts et en coûts. Les informations collectées portent sur des données générales de l’établissement (nombre de nuitées, organisation générale, entretien, chaufferie, blanchisserie…), la consolidation de factures de produits alimentaires, d’entretien et d’accueil, et l’observation des installations et des pratiques du personnel. Un à deux jours sont nécessaires à la compilation des informations dans l’outil, ce dernier se chargeant de calculer les indicateurs au global, par nuitée, par poste et par pratique.

La deuxième phase consiste à rechercher des solutions. La recherche est réalisée à partir des observations réalisées lors du bilan de l’existant, à l’aide d’entretiens avec le personnel ou des prestataires, mais aussi à partir des bases de données disponibles dans l’outil et l’expérience du consultant. Les solutions sont consignées dans l’outil à travers la description de l’établissement optimal.

La troisième phase est la création du plan d’actions. Cette phase, réalisée en entretien avec le responsable d’établissement, consiste à simuler le remplacement des pratiques existantes par des solutions identifiées. L’outil calcule alors automatiquement les gains environnementaux et économiques, et l’exploitant n’a plus qu’à programmer annuellement ses améliorations et à visualiser les gains en euros et sur l’environnement.

Il est intéressant de constater que bien souvent les responsables d’établissements profitent des gains réalisés non pas pour améliorer leur marge mais pour investir dans du matériel toujours plus performant.

Article écrit en partenariat avec Hubert Vendeville, Directeur Associé de EVEA Tourisme

A propos de l'expert

Guy Boulo

Guy Boulo
Directeur de Transaxio Hôtel, Partenaire du groupe In Extenso

Laisser un commentaire