Reprise / Transmission : une question de “timing” !?

Partagez cet article :
Écrit par Quentin Roquette le 1 octobre 2013   |   573 vues0 commentaire

Amaury Descamps, vous êtes à la tête de plusieurs points de vente dans le domaine de la restauration rapide, et plus particulièrement d’une marque prestigieuse, Mc Donalds.  Comment en êtes-vous arrivé là ?
Pendant plusieurs années, j’ai assuré des responsabilités de gestion d’équipes commerciales importantes pour des entreprises anglo-saxonnes offrant des produits de grande consommation. L’envie de lancer ma propre activité me trottait dans la tête depuis quelques temps. Je trouvais le principe de la franchise comme une bonne manière d’entreprendre tout en étant accompagné avec l’avantage de s’appuyer sur une marque forte. Pour toutes ces raisons, rejoindre le réseau Mc Donalds m’est apparu évident.

Comment avez-vous débuté dans cette aventure ?

J’ai commencé par suivre un an de formation chez un « parrain » franchisé qui m’a accompagné dans le lancement de mon premier restaurant en 2005. Je suis donc passé par toutes les étapes : création de la SARL, mise en place du restaurant, recrutement des équipes, etc. En discutant avec différents autres franchisés, tous les témoignages convergeaient vers le choix d’In Extenso comme cabinet comptable. De fait, il apparaissait qu’In Extenso accompagnait déjà à l’époque un très grand nombre de franchisés Mc Donalds et disposait d’une connaissance approfondie des caractéristiques de ce réseau.

Comment les choses ont-elles ensuite évolué ?

Le lancement du premier restaurant a été une réussite, et dès 2007, j’ai ouvert un second point de vente. Puis, arrivant à l’âge de la retraite, mon « parrain », avec qui j’entretenais d’excellentes relations depuis des années,  m’a proposé en 2011 de me céder la totalité des parts de ses huit restaurants qu’il partageait avec l’enseigne Mc Donalds. Séduit par cette opportunité de croissance qui se présentait à moi, il me fallut alors réfléchir à comment franchir cette étape avec succès.

Comment cette étape s’est-elle alors articulée ?

Dans un premier temps je me suis adressé à In Extenso et en particulier à leur expert interne « Mc Donalds » qui connait parfaitement les enjeux des parties prenantes. J’ai pu m’appuyer sur ses éclairages, ses avis et conseils avisés.

Mon projet était de vendre mes deux premiers restaurants pour constituer un apport suffisant et convaincre les banques de me suivre dans ce projet d’acquisition.

Avec le soutien d’In Extenso, nous avons donc créé un holding destiné à racheter les parts du cédant, puis constitué le business plan à destination des banques. Sur les 6 établissements bancaires sollicités, et les 6 réponses favorables obtenues, nous en avons retenu deux.

Avec le « responsable transmission » d’In Extenso, Il m’a fallu alors définir et négocier les valeurs comptables des restaurants, les deux à la vente ainsi que les huit à l’achat tout en tenant compte des indicateurs et des pratiques de l’enseigne.

En parallèle, les audits (« due diligence ») ont pu être conduits.

2012 ayant marqué, en France, une période « d’instabilité fiscale » forte sur le sujet des plus-values de cession, j’avais convenu avec les différentes parties prenantes de conclure l’ensemble des opérations le même jour, ce qui rendait le dossier d’autant plus délicat à piloter.

Ainsi tout devait être fait pour préparer au mieux cette grande « journée de transaction » qui devaient rassembler l’ensemble des parties prenantes, soit : les représentants de l’enseigne,  l’acheteur de mes deux restaurants, le vendeur des huit restaurants, moi-même, les deux banques retenues, et bien sûr les conseils de chacune des parties (cabinet d’avocats et cabinets comptables).

Ce jour-là, la procédure complète exigea la présence d’une vingtaine de personnes dans la salle. Je peux dire que les équipes d’In Extenso ont assumé un véritable rôle de « maître de cérémonie ». Tous les documents préalablement validés étaient prêts et une séquence très précise de signatures a pu être menée avec une rigueur quasi militaire. Nous avons été tellement efficaces que, ce que nous pensions conduire en une journée pleine, n’a nécessité qu’une seule demi-journée.

Quels souvenirs retenait vous de cette expérience ?

Même si, à titre personnel, l’enjeu était important, j’ai vécu cette expérience avec une certaine sérénité, car tout au long du processus je me suis senti épaulé par des personnes compétentes et investies.

Par ailleurs, le fait d’avoir de bonnes relations avec le cédant (mon « parrain » franchisé) a rendu les choses plus faciles.

Toutefois, je me rends compte, un peu après coup, que même si la gestion de ce dossier s’est étalée sur une période de six mois, cela a nécessité une énergie très importante.

En quoi le soutien du cabinet In Extenso a été déterminant pour vous ?

In Extenso a joué un rôle déterminant à plusieurs niveaux.

D’une part, du fait qu’ils disposent d’un expert Mc Donalds en interne, ayant à son actif l’accompagnement de plusieurs dizaines de restaurants de l’enseigne, a grandement facilité les choses, à la fois dans la préparation des dossiers mais aussi au niveau des négociations.

D’autre part, le fait qu’In Extenso dispose de l’ensemble des compétences, s’appuyant sur des expériences concrètes, m’a évité beaucoup d’angoisse sur des sujets et des situations dont j’ignorais tout, et qui je pense ne se vivent pas tous les jours.

A propos de l'expert

Quentin Roquette

Quentin Roquette
Spécialiste transmission d'entreprise en région Nord de France, groupe In Extenso

Laisser un commentaire