Franchise, je me lance ?

Partagez cet article :
Écrit par Vincent Kolb le 22 juillet 2016   |   435 vues0 commentaire

La franchise repose sur l’idée d’une réussite partagée. En effet, la franchise est un contrat par lequel un franchiseur met à disposition de son franchisé un savoir-faire, un concept, une marque et son enseigne. En contrepartie, le franchisé verse soit un droit d’entrée dans la franchise, soit des redevances annuelles, soit les deux.

Le développement se fait en réseau, toutefois franchiseur et franchisé sont des entreprises indépendantes.

LA FRANCHISE : QUELS AVANTAGES ?

A. Un concept clé en main 

Créer en franchise permet au créateur franchisé de bénéficier d’une activité déjà testée par le franchiseur. Le concept est en quelque sorte une recette qui devrait assurer le même niveau de performance pour l’ensemble des points franchisés du réseau. Ainsi, le créateur bénéficie de l’expérience du réseau, et notamment en ce qui concerne le savoir-faire, la gestion des approvisionnements et les arguments commerciaux.  Tous ces ingrédients mis à disposition du franchisé contribuent à une réussite a priori plus rapide et moins risquée qu’en cas de création ex nihilo.

B. Un niveau d’accompagnement de tous les instants

Le créateur en franchise bénéficie automatiquement du soutien de son franchiseur et de son réseau de franchise. Il n’est jamais laissé seul, et cette assistance du franchiseur fait partie intégrante des obligations contractuelles. De ce fait, le franchiseur met en place une formation initiale au cours de laquelle il transmet au franchisé son savoir-faire, une formation continue, une visite régulière d’un animateur de réseau, un manuel opératoire, une convention annuelle, une assistance informatique,…

C. La notoriété d’une marque reconnue 

La notoriété d’une marque est également un levier de réussite. En effet, le créateur franchisé profite immédiatement d’une marque existante et d’une visibilité commerciale, lui permettant d’attirer une clientèle déjà sensibilisée au concept.  Au contraire, un créateur ex nihilo devra faire connaitre son nom par ses propres moyens.

D. Un entrepreneur indépendant et l’exclusivité commerciale

Le créateur en franchise reste indépendant bien qu’il s’engage à reproduire le modèle commercial du franchiseur. Ainsi, il travaille pour son propre compte, est propriétaire de son fonds de commerce et conserve la maitrise des éléments constitutifs de son entreprise. Le franchisé reste alors responsable de sa gestion et libre de déterminer ses prix de vente. Il peut également obtenir des aides à la création d’entreprise, au même titre que n’importe quel entrepreneur.

Enfin, le franchiseur peut accorder au franchisé une clause par laquelle il lui reconnait une exclusivité d’exploitation sur une zone géographique déterminée.

E. Une dynamique de groupe

La franchise permet au créateur de rompre l’isolement en rejoignant un réseau de franchisés sur lequel il peut s’appuyer. Il bénéficiera alors des campagnes de communication nationales du réseau en contrepartie d’une participation financière, alors que le créateur ex nihilo aura besoin de plusieurs années pour mener des campagnes de la même envergure. La mise en commun des contributions de chacun et la force du groupe constituent donc des atouts majeurs en ce qui concerne la communication, le développement d’applications informatiques, la veille, la négociation de prix concurrentiels,…

LA FRANCHISE : QUELS INCONVÉNIENTS ?

A. Un coût plus élevé au lancement et à l’exploitation

L’investissement de départ lié à une création d’entreprise en franchise est souvent plus élevé qu’en création ex nihilo. En effet, à la signature du contrat de franchise, le franchisé verse un droit d’entrée qui correspond au droit d’exploitation du concept sur sa zone d’exclusivité, à la formation et à l’accompagnement par le franchiseur.

Une fois l’activité lancée, le franchisé devra verser de façon obligatoire des redevances périodiques (royalties), dont l’objectif est de rémunérer les services fournis par le franchiseur aux franchisés. Une redevance spécifique dédiée à la communication est également due au franchiseur. Enfin, le concept lui-même peut imposer un prix plus élevé dans le cas où le franchiseur exige un emplacement ou une surface de commercialisation précis.

B. Le respect des normes du franchiseur

Le franchisé doit se conformer aux règles prédéfinies par le franchiseur afin de maintenir la réputation du réseau : le client doit trouver la même qualité de service quel que soit le lieu d’implantation de la franchise. Ces contraintes peuvent notamment s’exprimer par l’existence de clauses de non-concurrence, d’approvisionnement exclusif, de consignes d’aménagement,…
Pour s’assurer du respect des normes, le franchiseur met en place des visites régulières en point de vente.

C. L’aval du franchiseur en cas de vente

Le franchisé qui souhaite revendre son affaire doit obligatoirement faire accepter la candidature du repreneur par le franchiseur.

L’entrepreneur qui hésite à se lancer en franchise peut se faire conseiller et accompagner par des professionnels, notamment pour vérifier l’adéquation homme/projet, étudier le marché, évaluer son fonds de commerce ou encore réaliser un prévisionnel chiffré…

Consulter l’annuaire des franchises

Sources :
http://www.toute-la-franchise.com/
http://droit-finances.commentcamarche.net/
http://www.lesechosdelafranchise.com/

A propos de l'expert

Vincent Kolb

Vincent Kolb
Expert-comptable associé, groupe In Extenso

Laisser un commentaire