Collectivités publiques et hébergements marchands : schémas directeurs de développement – Partie 2

Partagez cet article :
Écrit par Olivier Petit le 24 juin 2014   |   49 vues0 commentaire

L’aspect préoccupant de la situation n’échappe bien sûr pas aux collectivités locales, qui sont couramment confrontées à des défaillances d’entreprises hôtelières sur leur territoire et mesurent également de manière accrue le rôle stratégique que l’hôtellerie peut jouer dans le développement économique et touristique d’une destination. Dans le même temps, la densification progressive des zones périurbaines et entrées de ville commence à raréfier les fonciers de qualité, en termes de localisation, de visibilité et d’accessibilité, pour le développement de capacités hôtelières.

Dans ce contexte qui sensibilise de plus en plus les élus locaux aux vertus d’une réflexion stratégique sur le développement de l’hôtellerie sur leur territoire, survient la loi du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat (dite « loi Raffarin »), qui étend au secteur de l’hôtellerie l’obligation d’une demande d’autorisation d’exploitation commerciale(1). Au-delà d’une certaine capacité (50 chambres en Ile-de-France, 30 chambres en régions), les projets de développement ou d’extension doivent alors passer le filtre des commissions départementales d’équipement commercial (CDEC), pour pouvoir déposer un permis de construire. Dans cette nouvelle situation, les collectivités locales vont chercher les outils qui leur permettront d’arbitrer les projets de développement hôtelier soumis à la CDEC, en servant au mieux les objectifs de développement économique, touristique et urbain de la destination.

Le schéma directeur de développement hôtelier va rapidement devenir un de ces outils privilégiés. Lyon sera la première grande agglomération française à engager l’élaboration d’un tel schéma, dès 1997, à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon, et à procéder à sa mise à jour régulière (dernière actualisation : schéma de développement de l’hébergement touristique dans le Grand Lyon 2011- 2015, piloté par le Grand Lyon). La plupart des autres grandes agglomérations ont suivi la même démarche générale dans les années 2000. Qu’est-ce qu’un schéma directeur de développement hôtelier ? On peut le définir comme un document stratégique, visant à :

  • effectuer une photographie précise de l’offre hôtelière en place au moment de l’étude (capacités, niveaux de gamme, créations/fermetures récentes, polarisations géographiques, principaux opérateurs…), des niveaux de performances commerciales réalisées (taux moyen d’occupation, prix moyen par chambre louée, RevPAR) et du profil de la clientèle (origine géographique, motif de visite…), en tenant compte des différents territoires/pôles éventuellement identifiés sur la destination et des problématiques spécifiques au marché hôtelier local ;
  • analyser les dynamiques de développement sur le territoire, en termes d’accès/transports, d’économie, de tourisme (tant d’affaires que d’agrément), d’aménagement urbain…, pouvant induire de nouveaux besoins quantitatifs et qualitatifs en hébergement hôtelier ;
  • estimer sur un horizon de moyen terme (en général 4 à 5 ans) les besoins induits en hôtellerie, en termes quantitatifs (nombre d’établissements, nombre de chambres) et qualitatifs (niveaux de gamme, localisations/pôles, types de produits…).

Il s’agit donc d’un document d’orientation pour le développement hôtelier d’une destination (ville, agglomération, département…), avec un objectif de croissance maîtrisée (préserver les équilibres offre-demande, éviter les situations de sur ou sous-capacité…), tout en intégrant les ambitions stratégiques de développement économique, culturel, touristique de la destination.

(1) Applicable pour « les constructions nouvelles, les extensions ou les transformations d’immeubles existants entraînant la constitution d’établissements hôteliers d’une capacité supérieure à 30 chambres, hors de la région d’Ile-de-France et à 50 chambres dans cette dernière. »

A propos de l'expert

Olivier Petit

Olivier Petit
Associé, groupe In Extenso Conseil Tourisme, Hôtellerie et Restauration

Laisser un commentaire