Les casinos en France : crise profonde ou retour à la réalité – Partie 3

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 31 juillet 2014   |   207 vues0 commentaire

Qui sont les gagnants du jackpot ?

Une idée commune est que le seul gagnant du casino est le casino lui-même. Outre les chanceux, n’oublions pas que les casinos constituent une ressource financière importante pour l’Etat et les communes d’implantation, au travers des prélèvements représentant en moyenne près de 55%(1) du produit brut des jeux, soit un prélèvement de plus de la moitié du chiffre d’affaires brut, représentant un montant de recettes fiscales de près de 1,2 milliard d’euros(2) par an pour l’Etat et les communes. Les casinos sont par exemple très souvent les  premiers contribuables de leur commune d’accueil.

Après avoir acquitté l’ensemble de ces prélèvements, les casinos supportent encore, comme toute entreprise de droit privé, l’impôt sur les sociétés, les taxes immobilières et professionnelles, les taxes sur les salaires. Cela fait certainement du secteur des jeux l’un des secteurs d’activité les plus taxés de France.

Les casinos sont également des acteurs importants d’animation et de développement économique. Un casino est « un établissement comportant trois activités distinctes : le spectacle, la restauration et le jeu sous une même direction sans qu’aucune d’elles puisse être affermée » (article 1 de l’arrêté du 14 mai 2007 réglementant les jeux dans les casinos). Le casino constitue ainsi un pôle d’activités, d’attractivité et de promotion d’une collectivité.

Par ailleurs, les investissements parfois très importants qu’ils réalisent jouent un rôle économique notable. Un casino peut participer au financement des travaux d’embellissement de ses abords, par l’intermédiaire des « prélèvements à employer », dispositif spécifique consistant à constituer une réserve destinée à des investissements.

Les casinos participent financièrement à une multitude de spectacles et d’animation répondant aux attentes variées d’un large public régional. De nombreux établissements installés dans des stations de tourisme réputées financent des événements majeurs pour leur région (manifestations artistiques de qualité), tels que le Festival du film américain de Deauville, les Francofolies de la Rochelle, le Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence, le Festival de musique classique à Evian… Ces dispositions font l’objet d’une inscription au cahier des charges suivant un accord (et donc une négociation) entre la commune et l’exploitant. Pour exemple, les montants versés au titre des manifestations artistiques de qualité s’élèvent à 1 million d’euros en moyenne sur les trois dernières années pour le Casino d’Aix-en-Provence ; la contribution fixe au développement touristique de la ville et à l’effort artistique et culturel s’élève à 1,5 million d’euros pour l’exercice 2012 pour le Casino Théâtre de Toulouse et à 3,5 millions d’euros(3) pour les Casinos Les Princes et Cap Croisette à Cannes.

En termes d’emplois, les entreprises de casinos emploient près de 15 500 personnes en France (moins de 10 000 pour les jeux et plus de 6 000 pour les autres activités hors jeux(4)).

(1) ; (2) Source : Casinos de France

(3) Source : Etats financiers au 31/10/2012 de la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes

(4) Source : Casinos de France

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso In Extenso TCH

Laisser un commentaire