Les casinos en France : crise profonde ou retour à la réalité – Partie 4

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 4 août 2014   |   450 vues0 commentaire

Quelles perspectives pour les casinos en France ?

L’un des principaux freins au développement des casinos français est l’image anti-éthique qu’ils véhiculent.

Au-delà de l’image dépassée des casinos blanchisseurs, ils sont pour beaucoup considérés comme des acteurs non éthiques, particulièrement en situation de crise, et sont associés à une représentation du grand luxe. Le fait est qu’avant l’apparition des machines à sous, les tables des jeux traditionnels étaient le moteur des casinos.

Cependant, au fil du temps, ces jeux ont connu une vraie désaffection et ont vu, en particulier, disparaître une certaine clientèle huppée ou très fortunée. Les machines à sous ont alors sauvé les casinos : elles représentent aujourd’hui la majeure partie de leurs revenus (plus de 90%) et la structure de clientèle en est totalement métamorphosée.

La répartition socioprofessionnelle des joueurs français se compose ainsi en majeure partie de clients disposant de ressources financières modestes : employés (20%), ouvriers et ouvriers qualifiés (14%), retraités (13%), chômeurs (10%), étudiants (9%). Les professions intermédiaires représentent 12% de la clientèle des casinos français(1), de même pour les cadres supérieurs et professions libérales. Dans une période économique morose, la progression des mises des joueurs français dans les jeux de hasard et d’argent témoigne des besoins de distraction ou d’espoir de gains pécuniaires qui stimulent la demande en jeux d’argent. Dans ce contexte, les casinos de jeux sont largement engagés dans la lutte contre les risques d’addiction. Les aménagements de la réglementation en 2007 et 2009 sont venus renforcer les mesures de prévention de l’abus de jeux : le contrôle aux entrées a été généralisé à toutes les salles ; de plus, les casinos ont une responsabilité en matière de formation et d’affichage d’informations à l’intention des clients sur les risques d’abus de jeu et sur les dispositions légales permettant à toute personne de solliciter volontairement son exclusion des salles de jeux. Tous les jeux d’argent et de hasard ne sont pas soumis à ces règles.

Un autre frein générant un manque d’attractivité des casinos est sans doute la lourdeur administrative actuelle, alors que les casinos sont confrontés au dynamisme de l’offre des paris sportifs ainsi que des jeux de grattage et de tirage (faible mise et gains potentiels très élevés). Dans ce contexte, il est par exemple impossible pour les casinos de proposer dans un délai raisonnable une offre de jeux ou de machines à sous innovantes et modernes, comme celle que l’on peut rencontrer à Las Vegas ou à Monaco. En effet, le réalisme économique nécessite une prise en compte plus rapide et plus complète des avancées technologiques. Dans le domaine des jeux, comme ailleurs, les nouvelles technologies provoquent des évolutions considérables dans les matériels et les techniques. Les opérateurs des casinos sont contraints, pour satisfaire leur clientèle, d’avoir recours à des machines de plus en plus sophistiquées (et de plus en plus coûteuses), adaptées aux phénomènes de mode.

Le produit des casinos en France a vieilli, alors que la croissance de la demande, sur le marché des jeux, repose avant tout sur l’innovation produit et la communication. La concurrence des autres offres, notamment celle des monopoles d’Etat et des jeux en ligne, se fait de plus en plus pressante. Des modernisations sont indispensables et les exigences des maires sont souvent croissantes. Les casinos doivent donc renouveler l’offre (nouveaux produits, nouveaux concepts de complexes de loisirs intégrés…) et rechercher de nouveaux relais de croissance. Sans pour autant adopter un encadrement aussi libéral que dans d’autres pays d’Europe ou du monde, cela nécessiterait néanmoins une adaptation du cadre juridique actuel des jeux.

(1) Source : Casinos de France

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso In Extenso TCH

Laisser un commentaire