Bulletins de paie 2018 : éclairage sur les changements

Partagez cet article :
Écrit par Elodie Tabel-Diffaza le 26 janvier 2018   |   1 108 vue0 commentaire

Les salariés vont découvrir de nombreux changements sur leur bulletin de paie de janvier. Ces changements portent sur le fond comme sur la forme.

Sur le fond

En principe, le net à payer devrait augmenter pour tous les salariés. Mais attention ! Leur net imposable augmentera lui aussi également, dans les mêmes proportions.

Pourquoi ?

  • D’abord en raison de la suppression de la cotisation maladie de 0,75% qui s’appliquait sur la totalité du salaire brut (en Alsace Moselle, la cotisation maladie diminue de 0,75%)
  • Ensuite, en raison de la diminution de la cotisation d’assurance chômage qui passe de 2,40% à 0,95%. (baisse de 1,45 point, cotisation applicable uniquement sur 13 244 €).

Ces cotisations salariales étant déductibles de l’impôt sur le revenu, leur suppression ou diminution augmente mécaniquement le net imposable…

Mais attention !

Pour assurer la continuité du financement de la protection sociale du salarié, la contribution sociale généralisée, la fameuse CSG, augmente également de 1,7 point à compter du 1er janvier 2018.

La hausse du net à payer sera donc moindre en raison de la hausse de cette contribution…

L’augmentation de la CSG va même affecter le net à payer de manière plus importante car elle est également calculée sur d’autres sommes que votre salaire. Par exemple, elle est due sur les cotisations qui sont versées par l’employeur pour financer la mutuelle d’entreprise, ou sur les sommes versées au titre de l’épargne salariale, etc.

Le gain de pouvoir d’achat induit par ces mesures pourrait donc être moindre si le financement de la mutuelle ou de la prévoyance coûte plus cher en 2018 qu’en 2017… Sur la clientèle d’In Extenso, c’est ce que nous avons pu observer. Il convient donc d’être très prudent dans l’utilisation des simulateurs de pouvoir d’achat qui fleurissent sur le web. Ils ne peuvent donner que des estimations dans l’ignorance des différentes sommes sur lesquelles la CSG est réellement due…

La bonne nouvelle est qu’à partir d’octobre 2018, le net à payer va de nouveau augmenter puisque la cotisation d’assurance chômage de 0,95% sera supprimée.

Attention, le gain de pouvoir d’achat des salariés pourrait être entamé en 2019 par la probable hausse du coût de la protection sociale complémentaire en place dans l’entreprise (la mutuelle, la prévoyance). Pour les employeurs, le coût du travail sera plus élevé : pas sûre que le futur allègement de charges patronales ne le compense…

Tous les salariés seront-ils gagnants ? Non.

Certains feront triste mine en découvrant leur fiche de paie de janvier, notamment ceux qui ne cotisent pas au régime d’assurance chômage puisqu’ils verront leur net à payer diminuer ! Ce sera ainsi le cas des salariés en situation de cumul emploi-retraite. Idem pour les dirigeants assimilés salariés qui reçoivent un bulletin de paie chaque mois. Il s’agit par exemple des gérants minoritaires de SARL, des présidents de SA ou de SAS, etc.

Enfin, même s’ils cotisent au régime d’assurance chômage, les salariés percevant des revenus importants (au-delà de 20 000 € par mois environ) verront leur net à payer diminuer.

Il est conseillé aux employeurs de bien clarifier ces changements auprès de leurs salariés afin d’anticiper leurs questions et d’éviter des frustrations de la part de ceux qui ne bénéficieront pas de ces mesures. C’est ce qu’In Extenso préconise à ses clients.

Sur la forme, quels changements ?

La présentation du bulletin de paie change dès ce mois-ci afin de répondre à un objectif de lisibilité pour les salariés. En pratique, afin d’éclairer le salarié sur le coût de sa protection sociale, les cotisations sociales sont présentées par nature de risque couvert :

  • Santé
  • Accident du travail – maladies professionnelles
  • Retraite
  • Famille – Sécurité sociale
  • Assurance chômage
  • Autres contributions
  • CSG non imposable / CSG-CRDS imposable
  • Allégements

Le salarié connaîtra également le coût supporté par son employeur et saura qu’il peut trouver toute information utile sur service-public.fr pour comprendre le contenu des rubriques et sous-rubriques de sa fiche de paie. En dehors des changements exceptionnels opérés sur la paie de janvier 2018 qui impactent le net à payer des salariés, cette nouvelle présentation n’entraîne aucune modification de fond.

En pratique, In Extenso conseille à ses clients de remettre l’ancienne version du bulletin de paie avec le nouveau bulletin de paie afin de rassurer leurs salariés. Pour accompagner ce changement dans les meilleures conditions, il est probablement opportun de délivrer une note informative en annexe du bulletin de janvier ou d’organiser une réunion d’information.

A propos de l'expert

Elodie Tabel-Diffaza

Elodie Tabel-Diffaza
Responsable Gestion Sociale, groupe In Extenso

Laisser un commentaire