2015, la France touchée par le terrorisme : des impacts différenciés selon les territoires – Partie 2

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 7 mars 2016   |   148 vues0 commentaire

Au-delà de ces périodes, Paris aura vécu un exercice difficile

Les épisodes terroristes auront marqué un tiers de l’exercice, ce qui pourrait suffire à expliquer un recul global de la fréquentation pour l’ensemble des catégories. Au-delà de cette période, l’exercice 2015 aura été compliqué pour l’ensemble des établissements. L’hôtellerie Milieu de Gamme parisienne termine l’année sur un recul de 5,5% de son RevPAR, avec seulement deux mois positifs sur l’année. Dans une moindre mesure, l’hôtellerie économique est également touchée avec un recul du RevPAR de 3,1% à fin 2015. La période estivale, avec une forte fréquentation des clientèles touristiques, a été plutôt positive pour les catégories supérieures, mais de mauvaise tenue pour les catégories Milieu de gamme et Economique. Ces catégories sont en concurrence assez frontale avec les nouvelles offres issues de l’économie dite collaborative dans le secteur de l’hébergement touristique (Airbnb, Home Away, Housetrip…). Si cet impact est encore mal mesuré, il est sans aucun doute une part de l’explication.

Sur la période récente, en effet, ces offres issues de l’économie dite collaborative, Airbnb en tête, se sont développées à un rythme exponentiel et focalisent nombre d’interrogations et de craintes. Le marché hôtelier français, et francilien en particulier, ne serait-il pas plus globalement à la hausse si les tendances de progression des arrivées touristiques se reflétaient mieux dans la performance hôtelière ? Des réflexions sont ainsi en cours pour mieux réglementer et encadrer cette nouvelle offre. Mais la tendance de marché paraît structurelle, en phase avec l’évolution du comportement et des attentes des consommateurs. L’industrie hôtelière n’a d’autre choix que de prendre au sérieux ce phénomène et de s’interroger sur l’adaptation de son produit, voire de son modèle économique.

Si l’année 2015 s’avère très compliquée pour l’hôtellerie parisienne l’évolution des performances hôtelières de la capitale sur 5 ans reste positive pour l’ensemble des catégories. L’exercice 2016 dépendra en partie des résultats obtenus dans la lutte contre le terrorisme, mais Paris pourra s’appuyer sur son statut de destination touristique mondiale de premier ordre et sur des grands événements, dont l’Euro 2016.

Le nouvel élan pour la Côte d’Azur : des performances très positives

Si Paris a connu un exercice difficile, la situation est radicalement différente en régions, et sur la Côte d’Azur en particulier. Les risques sécuritaires à l’échelle du bassin méditerranéen auront sans doute également eu un impact sur ces territoires, difficilement mesurable. Quelle part de la clientèle aura privilégié des séjours en régions, sur la Côte d’Azur, par rapport à des destinations traditionnelles mais à risque dans cette période troublée, comme l’ensemble de la rive Sud Méditerranée ?

Quoi qu’il en soit, la destination Côte d’Azur reste l’une des destinations françaises les plus prisées par les clientèles française et étrangère, avec un taux de fréquentation progressant confortablement en 2015. Les hôteliers ont ainsi sensiblement augmenté leur chiffre d’affaires. Etant donné une progression de la fréquentation et de la recette moyenne par chambre louée, l’hôtellerie de la Côte d’Azur enregistre un RevPAR en très nette progression. Au-delà des potentiels effets des attentats, les professionnels hôteliers ont bénéficié d’un contexte favorable, avec une météo très agréable au mois de juillet, amplifié par le décalage du calendrier du Ramadan sur le mois de juin (ces dernières années, il avait lieu sur la période estivale). Le retour de clientèles à très haute contribution, parfois sur des durées significatives, a largement bénéficié aux établissements Luxe et Haut de gamme. Dans ces catégories, la ville de Cannes enregistre une nette progression du RevPAR de +15,3%. Parmi les autres pôles de la Côte d’Azur, le Grand luxe à Monaco obtient d’excellents résultats, avec un taux d’occupation de 66% et une recette moyenne par chambre louée de 503 € hors taxes. Ces deux indicateurs sont en nette progression et le RevPAR en hausse de 14,5% par rapport à 2014. Si la météo et certains séjours exceptionnels à haute contribution ont tiré les performances vers le haut, il ne s’agit toutefois pas que d’une convergence ponctuelle de facteurs favorables : les RevPAR des catégories supérieures (Haut de gamme et Grand luxe) sont en progression respective de +16,3% et +18,2% sur une période de 5 ans.

En régions, des performances en hausse

Si, à l’image de la capitale, mais dans des proportions bien plus mesurées, les périodes post-attentats ont été plutôt en retrait par rapport à 2014, l’hôtellerie en régions aura su capitaliser le reste de l’année sur le contexte favorable lié à la météo, au calendrier scolaire, et aux bénéfices d’une année impaire plus fournie en grands événements pour assurer un bilan positif en fin d’année.

Les catégories supérieures sont celles qui ont le mieux performé avec des progressions de RevPAR supérieures à 5% par rapport à 2014 et des performances en croissance également sur une période de 5 ans. La catégorie Grand luxe réalise un RevPAR de 165 € hors taxes, soit une hausse de +5,5% sur ces cinq dernières années.

Inversement en entrée de gamme, le marché Super- économique termine l’année 2015 avec un RevPAR en recul de -0,9%. En concurrence directe avec de nouvelles offres d’hébergement aux prix attractifs, et en l’absence d’une réelle reprise économique, l’hôtellerie Super-économique ne parvient pas à enrayer le fléchissement de sa fréquentation constaté depuis plusieurs années. L’augmentation des prix moyens en 2015 n’aura pour effet que de limiter la baisse du RevPAR à -0,9% en régions.

Notons que la météo favorable, notamment en arrière- saison, aura logiquement bénéficié à l’ensemble des littoraux français qui enregistrent des performances en progrès. Qu’il s’agisse de la façade Atlantique, du littoral breton ou de la Normandie et du Nord – Pas-de-Calais, l’ensemble des catégories affichent un chiffre d’affaires en progression en 2015. L’hôtellerie Haut de gamme et Luxe sur le littoral Normandie et Nord – Pas-de-Calais a bien performé avec un RevPAR

TCH-bilan-2015-impacts-terrorisme


Traitement des données par Grégory Fortems, Consultant, In Extenso Conseil Tourisme, Culture et Hôtellerie 

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso

Laisser un commentaire