2013, une année entre parenthèses ? 4ème partie

Partagez cet article :
Écrit par Philippe Gauguier le 8 avril 2014   |   373 vues0 commentaire

Marseille, une stratégie d’internationalisation à l’œuvre

Exception intéressante dans un paysage dominé par la morosité : Marseille. La ville a pleinement bénéficié de son statut de Capitale européenne de la Culture pour engranger une croissance soutenue du chiffre d’affaires hébergement.

L’impact est particulièrement fort pour les hôtels les plus haut de gamme et pour le milieu de gamme où les chiffres d’affaires hébergement ont progressé de plus de 10%.

Pourtant, ici aussi, l’offre hôtelière a fortement progressé ces dernières années et l’environnement économique souffre de la conjoncture. Oui, mais Marseille Capitale européenne de la Culture a fortement dynamisé la destination, comme cela avait été le cas en son temps pour Lille. L’événement a attiré les clientèles d’agrément, fait venir des touristes étrangers désireux de découvrir la destination, généré l’organisation de séminaires ou de réunions voulant s’associer à l’image de la ville, etc. Bref, Marseille Capitale européenne de la Culture a permis à la ville de diversifier son mix clientèle et de l’internationaliser.

Ce succès est intéressant et est révélateur de l’orientation prise par des métropoles désireuses de se projeter à l’échelle européenne et de développer une industrie touristique génératrice d’emplois, de recettes et d’image. Cette volonté d’exister internationalement est complexe. Construire une stratégie de diversification des clientèles et d’internationalisation de la destination nécessite souvent de développer son parc hôtelier.

Choix difficile car, si le succès n’est pas au rendez-vous, l’insertion de cette offre supplémentaire va se faire au détriment de l’offre en place et au plus grand dam des hôteliers.

De fait, il ne doit pas s’agir d’une politique uniquement tournée vers le tourisme. Une telle stratégie associe de multiples dimensions. Le succès de Marseille Capitale européenne de la Culture ne doit pas faire oublier le travail réalisé ces dernières années sur de nombreux points : élargissement de la desserte, notamment aérienne, développement de nouvelles infrastructures, mise en place de services répondant aux attentes d’une clientèle internationale, etc.

Ce sont autant de facteurs qu’il faut travailler pour exister sur le marché européen. De même, il est primordial de développer pour la destination une image forte, attractive et différenciatrice qui séduira de nouvelles clientèles. Cette diversification permet généralement d’assurer une plus grande stabilité du marché. Une démarche de ce type doit s’appuyer sur une volonté politique forte, faire l’objet d’un large consensus, et demande une expertise croissante des techniciens chargés de la mise en œuvre.

Enfin, cette stratégie doit s’inscrire dans le temps. L’exemple de Barcelone est à ce titre révélateur puisque la capitale catalane n’a cessé de poursuivre ses efforts pour devenir une destination incontournable sur la scène européenne, tant pour le tourisme d’affaires que d’agrément.

 

A propos de l'expert

Philippe Gauguier

Philippe Gauguier
Responsable Conseil en Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Associé groupe In Extenso In Extenso TCH

Laisser un commentaire